Le contexte

Le 15 novembre 2017, la France et la Fédération française de Rugby ont gagné le droit d'organiser la prochaine Coupe du monde de rugby en 2023. Ce tournoi est disputé tous les 4 ans et regroupe les 20 meilleures nations mondiales.

La Coupe du monde de rugby est le troisième plus grand événement sportif au monde et se tiendra en France du 8 septembre au 22 octobre 2023.

Un groupement d'intérêt public a été créé, « GIP France 2023 », pour organiser le tournoi de la Coupe du monde de rugby.

Le stade Matmut Atlantique de Bordeaux a été retenu par le GIP pour accueillir des matchs du tournoi.

Dans le cadre de leurs missions, le GIP doit proposer aux nations des camps de base pour leur permettre de pouvoir se préparer dans de très bonnes conditions, avant et pendant la compétition.

 

Les atouts de la candidature : un projet fédérateur,
des investissements ambitieux et une démarche territoriale engagéeCamp de base 2023

Forte de disposer d'équipements sportifs répondant au cahier des charges et de bénéficier de partenaires importants, à savoir Bordeaux Métropole, l'association Saint-Médard Rugby Club et l'hôtel Golf du Médoc Resort, la Ville a fait acte de candidature.

L'hôtel Golf du Médoc Resort, situé au Pian-Médoc, dispose de tous les critères de confort et d'infrastructures demandés : salle de conférence, salle à manger (100 m2), salle de réunion polyvalente (200 m2), salle de loisirs (200 m2), salle de réunion encadrement (50 m2), espace de stockage (4 tonnes de matériel), salle médicale et physiothérapie (60 m2), salle de conférence de presse (200 m2), ainsi que d'une expérience dans l'accueil d'équipes sportives internationales.

L'association Saint-Médard Rugby Club organisera des animations avec les clubs présents dans le Nord bassin et dans le Médoc afin de promouvoir le rugby dans des zones où il est peu représenté, ce qui est un axe fort pour la Fédération Française de Rugby.

Bordeaux Métropole a également apporté son soutien sous différents aspects.

Dans cette candidature, la Ville a notamment mis en avant les infrastructures sportives dont elle dispose, ainsi que le projet de rénovation du stade Gajac de rugby.

Cet acte est en parfaite cohérence avec la politique sportive menée sur la Ville puisque l'un des 4 principaux axes vise à favoriser la compétition par l'accompagnement à la performance et à l'accueil de manifestations d'envergure.

Par ailleurs, cette candidature est aussi celle d'un territoire.

Le Médoc, dont les clubs de rugby (Pays Médoc, Saint-Aubin de Médoc, Lacanau, Parempuyre, Lège) soutiennent cette démarche qui renforce le lien entre la Métropole et le Médoc.

 

Les étapes de la sélection

L'appel à candidature a été lancé au niveau national le 1er février 2019. Les candidats disposaient d'un délai de dépôt jusqu'au 1er juillet 2019.

La candidature de Saint-Médard-en-Jalles a été retenue lors de la première phase de décision tout comme 10 autres communes de la Région Nouvelle-Aquitaine (Poitiers, La Rochelle, Lormont, Libourne, Périgueux, Bergerac, Agen, Hagetmau, Biarritz et Pau).

Un représentant de la Fédération française de Rugby est venu visiter les équipements proposés le mardi 12 novembre 2019. Suite à cette visite, le GIP va réduire à nouveau la liste des candidats potentiels et informera en début d'année 2020, les candidats retenus.

Au cours de l'année 2020, la Fédération internationale de Rugby viendra visiter tous les camps de base sélectionnés par le GIP.

Enfin, les nations sélectionnées pour la prochaine Coupe du Monde viendront visiter les camps de base en 2021 et pourront faire leur choix en 2022.

 

D'après l'expérience de la Fédération Internationale de Rugby, l'accueil d'une nation apportera à la Ville :

  • une médiatisation nationale et internationale liée au séjour d'une équipe ;
  • le développement touristique pendant et après le tournoi du fait de la présence des supporters et des médias qui suivent les équipes ;
  • un accroissement de la notoriété de la Ville et de la Région en général grâce au programme médias mis en place par le pays accueilli ;
  • la reconnaissance en tant que camp de base par une délégation étrangère ;
  • le renforcement sur le territoire local de la médiatisation du rugby à XV et des valeurs qui y sont associées, susceptibles de susciter davantage de vocations et d'intérêt pour ce sport.